La flore vaginale varie au cours de la vie d’une femme et est directement en lien avec le taux d'œstrogènes. 

 

Sous influence des œstrogènes, la production de glycogène par les cellules vaginales augmente.

  1. Le glycogène influence l’épaisseur de la paroi vaginale qui constitue une barrière protectrice contre les agents pathogènes. 

  2. Le glycogène est une source d’énergie pour les lactobacilles qui vont le transformer en acide lactique et donc maintenir un pH vaginal légèrement acide (pH 4-4.5).

Varie au cours de la vie
d’une femme

La flore vaginale

Est maintenue grâce à
3 composants 
Cette image décrit le mécanisme d'action du maintient de l'équilibre de la flore vaginale
Durant l'enfance
Durant l'enfance

le pH vaginal est quasiment neutre.

A la puberté
A la puberté

l’environnement vaginal s'acidifie sous influence des œstrogènes.

En période de règles
En période de règles

le pH augmente légèrement du fait d’une chute du taux d'œstrogènes

Pendant la grossesse
Pendant la grossesse

le pH vaginal devient plus acide

A la ménopause
A la ménopause

le déficit en œstrogènes entraîne une baisse du taux de glycogène et une atrophie vaginale. Les agents pathogènes pénètrent donc plus facilement et le pH vaginal augmente

3 composants endogènes agissent en synergie pour garantir l'équilibre de la flore vaginale. 

Le glycogène produit par les cellules vaginales sous influence œstrogénique sert de source d'énergie aux lactobacilles qui le transforment en acide lactique.  

  • Le glycogène va hydrater et maintenir l'élasticité et le tropisme des parois vaginales.

  • Les lactobacilles vont créer un biofilm protecteur et interférer avec les souches pathogènes. 

  • L'acide lactique va maintenir un pH vaginal optimal et inhiber les souches pathogènes.